Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations

1er PÔLE D'ÉCO-ACTIVITÉ DE HAUTE-SAVOIE menu

ECOPARC, lancement des travaux

06/12/2019

ECOPARC, lancement des travaux

Lancements des travaux


le vendredi 6 décembre 2019 en présence de :


Monsieur Jean-Luc BLONDEL,

Sous-préfet de Saint-Julien-en-Genevois

Madame Virginie DUBY-MULLER,

Députée de la 4ème circonscription de la Haute-Savoie

Madame Carole VINCENT,

Maire de Neydens

Monsieur Antoine VIELLIARD,

Maire de Saint-Julien-en-Genevois


Monsieur Denis DUVERNAY, Président de Teractem, Monsieur Pierre-Jean CRASTES, président de la Communauté, et Monsieur Christian ETCHART, vice-président économie, ont présenté, ensemble, l’avancement du projet et ses différentes évolutions.


Christian Etchart, Vice-Président économie à la Communauté de communes du Genevois a débuté cette présentation en remerciant l’ensemble des présents.

« L’Ecoparc du Genevois est un projet important pour la communauté de communes du Genevois. Démarré dans les années 2000, le projet a franchi toutes les étapes relatives aux études et procédures préalables nécessaires à la qualité du projet. »


Il rappelle les fondamentaux du projet :


«Nous avons voulu aussi que ce projet serve la transition énergétique du territoire»

L’Ecoparc du Genevois a été imaginé afin de s’intégrer au mieux dans l’environnement existant. Il intègre pleinement les enjeux actuels, notamment en intégrant un réseau de chaleur intelligent qui permettra de stocker pour redistribuer, le froid en hiver et le chaud en été.


«Notre Ecoparc sera le 1er pôle d’éco-activités de Haute-Savoie»

20% de la surface cessible sont dédiées aux services, sports, loisirs, commerces et restauration.

Les 80% restant sont dédiées à des activités de conception ou de production dans le domaine des éco-activités, du bien-être et du mieux vivre.


Monsieur le Vice-Président a rappelé quelques chiffres clefs relatifs au projet :

    • 17 ha de foncier commercialisable

    • 1 000 à 1 200 emplois à terme

    • 13 M€ d’investissement total (acquisition du foncier + aménagements)


Ainsi que les efforts réalisés en faveur de l’environnement


    • 2.45 ha de haie sauvegardées + plantation de nouvelles haies

    • Densification en encourageant les R+1

    • 1 parcours santé sur site

    • 1 vieux verger conservé

    • la proximité du ruisseau La Folle et le maintien d’un corridor écologique.

    • une grille de haute qualité environnementale, HQE, imposée proposant 3 labels : bas carbone, basse conso et paysage et biodiversité

    • mise en place du réseau de chaleur intelligent, SMART GRID, impact carbone quasi inexistant et forte économie d’énergie


« Je suis heureux de voir ce projet démarrer concrètement aujourd’hui car je pense sincèrement qu’il répondra aux enjeux de demain tant en termes de développement économique que d’environnement. Je remarque d’ailleurs qu’avec les différents projets développés par la CCG, dont cet Ecoparc du Genevois, les 400 demandes d’installation recensées depuis juin 2016 pourront obtenir une réponse. »


Suite au discours du Vice-Président,


M. Crastes, président de la Communauté de Communes du Genevois a rappelé que le projet de l’ECOPARC s’inscrit dans un projet global sur le territoire tenant compte de tous les facteurs économiques, sociales, agricoles et environnemental.


« Si le projet a pris du temps c’est qu’il a été mûrement concerté avec le milieu local »

La CCG travaille en lien étroit avec les acteurs du territoire et notamment la profession agricole. Preuve de son action elle a récemment fait l’acquisition d’une 20aine d’ha sur le territoire pour le mettre à disposition d’exploitations.


« Par le développement d’une politique d’accueil multi-site nous devons répondre à l’ensemble des demandes »

Le président a rappelé l’enjeux de développer des emplois qui ne sont pas dépendant de l’activité de Genève. 400 entreprises ont sollicité la CCG depuis juin 2016.


« Il y a des incompréhensions : lorsque certaines personnes disent qu’elles ne veulent pas d’une grande zone commerciale, elles n’ont manifestement pas pris le temps de lire le dossier. Lorsqu’elles disent qu’elles ne veulent pas de parc d’attraction : nous [répondons] non plus. »

 

« La logique n’est pas d’aller là où c’est le plus facile mais bien de travailler partout où il y a des choses à faire pour le territoire »

La complémentarité multi-site est réalisé également sur une complémentarité entre des extensions de zones sur des espaces non construits et la politique de réhabilitation de friches.


M. Duvernay, Président de Teractem, a pris la parole pour saluer le travail réalisé sur le projet et l’investissement notamment des élus. Il a présenté le travail de TERACTEM sur l’ECOPARC tout particulièrement deux opérations en complément de l’aménagement de la zone :

• la réalisation sur réseau de chaleur intelligent. Il a d’ailleurs remercié l’ADEME pour son soutien sur le projet.

• et SERENA, le Pôle tertiaire qui sera développé sur l’Ecoparc.

Teractem a toujours travaillé dans une optique de qualité pour les territoires. Il rappelle l’importance de prendre en compte tous les paramètres lors de l’étude d’un projet.

 

« Créer 1000 emplois dans une zone c’est du chômage en moins, des perspectives pour nos jeunes il est importance de ne pas s’endormir sur ses lauriers même si nous sommes sur un territoire relativement préservé pour le moment ».


Mme Duby-Muller Députée de la 4ème circonscription a, quant à elle, félicité la Communauté de communes et notamment Monsieur Etchart, vice-Président économie qui porte ce projet depuis le début du mandat. Elle a ainsi rappelé le contexte particulier du Département de la Haute-Savoie et présenté à nouveau les éléments qui ont prévalu dans la stratégie de développement du parc :

    • le développement durable et l’environnement

    • l’innovation.

Elle a insisté sur la recherche de sens de nos jours dans le travail et notamment l’importance de proposer des solutions pour les nouvelles entreprises qui se créent.


« Aujourd’hui, lorsqu’un jeune salarié cherche une entreprise son moteur ne sera pas uniquement le salaire, mais il va s’intéresser aux éléments différenciant que propose l’entreprise : service, responsabilité sociétal… ».


M. Blondel, Sous-préfet de Saint-Julien-en-Genevois, a enfin tenu à souligner le fait qu’annoncer un projet qui va permettre la création de 1000 à 1200 emplois n’était pas anodin.


« Avec une locomotive comme Genève à côté, nous pourrions nous endormir sur nos lauriers et profiter de la dynamique côté Suisse. Ce n’est pas le parti qui a été choisi par la collectivité ».


Monsieur le Sous-préfet a également souligné que le projet est attendu par la population et semble d’ailleurs répondre aux attentes des entreprises qui cherchent à se développer.


Monsieur le sous-préfet a salué la préservation des haies bocagères, la grille de notation des bâtiments et le réseau de chaleur notamment qui pour lui sont aussi des points importants du projet.


ECOPARC, lancement des travauxECOPARC, lancement des travauxECOPARC, lancement des travauxECOPARC, lancement des travaux
Restez informés!
Ok